La grande liquidation. Tout doit disparaître!

Une exposition de Mathieu Gotti

Du 20 juin 2021 au 21 septembre 2021

Salle Principale

LA GRANDE LIQUIDATION, TOUT DOIT DISPARAÎTRE !

La grande Liquidation, tout doit disparaître !  est un nouveau corpus d’œuvres du sculpteur Mathieu Gotti élaboré à partir de l’automne 2020. L’exposition prend la forme d’une série d’animaux, auxquels sont associés divers éléments provenant de l’industrialisation, le tout sculpté par taille directe sur bois. Dans ce projet, les animaux-personnages ont recours à des manœuvres et utilisent des objets manufacturés pour réagir et s’adapter à la situation actuelle. Pour Mathieu Gotti La grande liquidation, tout doit disparaître ! décrit la tension palpable entre le modèle économique actuel et l’environnement qui traverse des changements extrêmement rapides. L’exposition fait référence à ces deux univers, que nous opposons par habitude, comme si écologie et économie étaient des termes irréconciliables.

« Les sculptures d’animaux en relation avec des objets de surconsommation rendent la proposition accessible et permettent ainsi d’initier une réflexion sur la politique et l’écologie auprès d’un large public.  Je souhaite que mes sculptures, par leur aspect ludique et coloré, soient une ouverture à la discussion avec le spectateur, qu’il soit familier ou non avec le milieu des arts. » (source : M.G.)

 

Rencontre avec l'artiste: Dimanche 20 juin de 14h à 16h30 

 

Originaire de France, Mathieu Gotti vit au Québec depuis bientôt quinze ans. En 2005, il complètera sa formation académique en France à l'École des Beaux-Arts et Institut du Design à Saint-Étienne après avoir obtenu en 2003 son BAC en Lettres et Arts au Lycée Ampère à Lyon. C'est en 2019, qu'il poursuivra sa formation au Québec ou il recevra son Diplôme d'études collégiales en sculpture du Cégep de Limoilou. Depuis 2015, Mathieu Gotti a pu s’illustrer lors d’expositions solos et collectives principalement au Québec, dont au MNBAQ en 2020 avec Ce qui nous rend humains et au Musée de la civilisation lors de l'exposition Compression boréale en 2010. Sa pratique fut récompensée par de nombreux prix et bourses : récipiendaire du Prix d’excellence des arts et de la culture de la capitale nationale en 2018 (Prix Émergence en métiers d’art) et la Bourse de mentorat en art publique, Premie?re Ovation en 2017