GÉOGRAPHIES INSTABLES

Une exposition de Esther Chaumont et France Goneau

Du 9 juillet 2023 au 15 octobre 2023

Salle Desjardins

Géographies instables

Esther Chaumont et France Goneau

L’installation Géographies instables, propose une conversation entre la photographe Esther Chaumont et la céramiste France Goneau, combinant univers photographique et tridimensionnel dans une production qui illustre leurs préoccupations environnementales. Autour de la culture du voyage, du souvenir et du collectionnent, la proposition à la Salle Desjardins met en scène nos relations avec le territoire en évoquant nos comportements et nos repères pour inviter à une réflexion sur l’impact de ces simples gestes qui infiltrent la réalité de chacun. Diagnostics de paysages ou de phénomènes culturels, glorifiant à la fois un lieu, un moment ou une histoire, des cailloux d’argile retracent une envie irrésistible de marquer le temps, d’exister. Alors que la photographie propose une observation minutieuse du paysage dans une vision du proche et du lointain, elle illustre un certain vertige face au destin planétaire. Liés par nature, paysages et cailloux invitent à la conscience de l’impact de toute vie et de toute activité humaine sur le territoire. (Source : FG/EC)

France Goneau est membre de l'Académie Internationale de Céramique et récipiendaire du Prix Jean-Marie-Gauvreau 2022. Elle bénéficie du soutien continu du Conseil des arts et des lettres du Québec et du Conseil des arts du Canada. Son travail a été exposé au Canada, aux États-Unis, aux Antilles, en Espagne, en France, en Italie et au Japon. France Goneau explore la céramique, ses spécificités géochimiques, ses techniques et ses traditions décoratives. La céramiste utilise l’ornement tel un instrument de pouvoir et de sens.

Passionnée de géographie, Esther Chaumont est une jeune photographe, Bachelière en géographie environnementale de l’Université de Montréal et de Macquarie University (Australie) avec une spécialisation en Géographie humaine - Parcours international. Elle complète actuellement un certificat en arts visuels de l’UDM. Esther Chaumont explore le rapport de l’humain avec la nature. Elle utilise la photographie afin d’illustrer des imaginaires culturels de l’espace physique, ainsi que leurs changements perpétuels. Sa démarche s’inscrit dans le retour à la photographie argentique, un mouvement à contre-courant de la photo numérique et de la diffusion instantanée.

Galerie photo